Little Things

Little Things

What the f*ck is that ?

My gosh, what the f*ck is that ?

 

La collec' des vieux, c'est une collection dans laquelle je répertorie et acquières les vieux ordinateurs.

Quand je parle de vieux ordinateurs, je parle de tous ceux qui sont nés avant Windows 95 et donc 1995 !

Pourquoi je fais ça ?

Les antiquités comme celles-ci me passionnent. Elles relatent le début de la haute technologie et me font imaginer ce qu'était la vie avec ces machines. Je parlerai bien de nostalgie, le soucis c'est que je n'étais pas née à cet époque là. Langue tirée

 

Machines virtuelles ou non, peu m'importe, je veux tester les systèmes, contempler le matériel et me dire à chaque fois avec autant d'émerveillement: "Celui là n'avait que 512 Mo de disque dur !". Oui, cette époque est bien lointaine, mais peu importe.

 

Évidemment, j'aimerai vous dire qu'un jour j'aurai ENIGMA, mais là il ne faut pas trop rêver je crois. Ce qu'il faut garder à l'esprit, c'est que lorsque l'on commence des collections comme celles-ci, il faut se presser d'acquérir les machines avant que leur valeur ne remonte ! En effet, un Apple Lisa est maintenant vendu à 1500€ alors qu'hier j'ai acheté un Amstrad et quelques jeux pour la modique somme de 20€. Oui, tout de suite, ce n'est pas le même ordre de grandeur...

 

Enfin BREF, avant de vous présenter une à une mes machines dans les prochains articles, je vais vous donner une description générale de quelques unes d'entre elles. (Pas de toutes, un prochain article y sera sans doute consacré.)

 

Le Mark 1 - IBM - 1938

< Un ordinateur que plus personne n'aura jamais >

hist-mark1-1312380806.jpg

Howard Aiken met au point un ordinateur programmable mesurant 17m de long et 2,5m de haut permettant de calculer 5 fois plus vite que l'être humain : c'est le Mark 1 d'IBM. Il est constitué de 3300 engrenages, 1400 commutateurs reliés par 800km de fil électrique. En 1947, le Mark 2 voit le jour. Ses engrenages sont remplacés par des composants électroniques.

 

L'ENIAC - 1946

< Un ordinateur que plus personne n'aura jamais >

ENIAC-changing_a_tube.jpg

En 1946, le premier ordinateur ne comportant plus de pièces mécaniques est créé grâce à J. Mauchly, J. Presper Eckert et surtout Joannes Von Neuman : l'ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer). Il est composé de 18.000 lampes à vide et occupe une place de 1500m2. Il servit pour mettre au point la bombe H. Son principal inconvénient est sa programmation : il est uniquement programmable manuellement avec des fiches ou des câbles à enficher.

 

[ Allez, j'arrête avec les antiquités, mais si vous êtes curieux ou curieuses, vous pouvez aussi vous renseigner sur l'EDVAC, l'IBM 7000, l'IBM 360 ou encore ENIGMA. ]

 

Amiga

Amiga500_system1.jpg

> Le prototype de Amiga Corporation

Amiga Corporation est une société fondée en 1982, basée à Santa Clara en Californie, qui fabrique des joysticks. En 1984 la société se lance sur le marché des ordinateurs personnels, en présentant son propre ordinateur au Consumer Electronics Show de Chicago.

Le prix de vente de départ cet ordinateur anonyme est de 1500$, il comporte un processeur Motorola 68000, le même que sur son concurrent le Macintosh, est équipé de 128 Ko de mémoire vive et d'un lecteur de disquettes de 5.25 pouces.

Le système d'exploitation a été créé par Amiga Corp, qui promet d'y inclure également d'autres systèmes d'exploitation du commerce tels que CP/M, MS-DOS et Unix. Des rumeurs circulent alors en 1984, disant que la société Atari serait intéressée par cette machine pour la vendre sous un autre nom. Dave Morse, directeur de Amiga Corp. affirme alors que cette machine sera vendue uniquement sous le nom Amiga.

En septembre 1984, Commodore, qui est en difficulté économique suite à une perte de 20,8 millions de dollars, rachète l'ordinateur de Amiga Corp, et compte sur cet achat pour la relance de ses activités, sur un marché des micro-ordinateurs alors dominé par Apple et IBM. Commodore fait ainsi son entrée sur le marché des ordinateurs 32 bits et prévoit de faire l'ordinateur Commodore Amiga un produit de masse.

> Les premiers Amiga

L'Amiga 1000 a été mis sur le marché fin 1985 aux USA pour un prix de 1 300 $. Il est équipé d'un processeur Motorola 68000 cadencé à 7 MHz, de 256 ko de mémoire vive dite Chip RAM, utilisée à la fois par le processeur et le chipset, ainsi qu'un lecteur de disquettes 3,5 pouces (880Ko) et un second module interne de 256 Ko de mémoire. Il peut afficher des images de 4 096 couleurs (avec contraintes) et est équipé d'un circuit audio 4 canaux (stéréo 2x2) uniquement dédiés aux échantillons numériques. Il peut être équipé pour exécuter les programmes prévus pour le IBM PC, tels que Lotus 1-2-3.

Suite à un contrat signé entre Commodore et Atari, le premier Amiga est mis sur le marché quelques mois après l'Atari ST, qui deviendra alors sont principal rival. Les deux machines sont similaires, l'Amiga intègre des technologies plus novatrices pour l'époque mais il est également deux fois plus cher. Le démarrage de l'Amiga 1000 consiste à insérer la disquette dite de kickstart dans le lecteur avant d'allumer la machine. En effet, l'amorce du système d'exploitation devait être enregistré sur une puce de mémoire morte soudée sur la machine, mais cette amorçe n'était pas disponible au début de la production de cette machine et son contenu a été livré sur une disquette. Le contenu de la disquette est copiée dans un module interne de mémoire au démarrage de l'ordinateur. La place pour la puce d'amorce existait sur la carte mère et certains bricoleurs y ont soudé la puce d'amorce eux-mêmes. Cette caractéristique a disparu par la suite, et les machines Amiga suivantes ont toutes été équipées de série d'une puce de mémoire Kickstart pour l'amorce. Le premier Amiga fut produit fin 1985, et sortit en Europe début 1986 -arrivant en premier lieu en Grande-Bretagne avant de rejoindre l’Europe continentale, et sera plus tard référencé en tant que Commodore-Amiga 1000 (A1000).

Après des ventes très en deçà des espérances à cause de son prix le catégorisant dans le haut de gamme, l’Amiga 500 (entrée de gamme) et l’Amiga 2000 (version professionnelle) suivirent en 1987, développés par la filiale allemande de Commodore. La firme américaine réoriente sa stratégie pour se caler sur celle de son concurrent Atari, avec succès. L’histoire de cette gamme d’ordinateurs commence alors réellement grâce à l’A500 devenant l’un des ordinateurs le plus populaire de cette époque.

(Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Amiga)

 

MS DOS

MS-DOS (abréviation de Microsoft Disk Operating System) est le système d'exploitation de type DOS développé par Microsoft pour l'IBM PC d'abord, puis pour les compatibles PC. Il s'agit d'un système fonctionnant en mode réel, monotâche et mono-utilisateur, et équipé par défaut d'une interface en ligne de commande. Des années 1980 au début des années 1990, il a été le système le plus utilisé sur compatible PC, avant d'être progressivement remplacé par des systèmes d'exploitation plus évolués, notamment Windows. Son développement est maintenant arrêté.

Un peu d'histoire

Après avoir conclu son « deal » historique avec IBM, Bill Gates s'est mis à la recherche d'un système d'exploitation qu'il pourrait effectivement fournir à IBM pour le lancement de l'IBM PC. Selon Gordon Letwin lui-même, l'objectif de Microsoft était que MS-DOS soit aussi compatible avec CP/M que possible. Gates rachète alors QDOS (Quick and Dirty OS) à la petite société SCP (Seattle Computer Products). QDOS est en fait un clone à bas prix de CP/M écrit par Tim Paterson. Bill Gates demande alors à Tim Paterson d'adapter QDOS à l'IBM PC et de le renommer MS-DOS. MS-DOS est longtemps resté la base des systèmes d'exploitation grand public de Microsoft, bien que l'installation de Windows en modifie in-situ des portions de plus en plus grandes. En 1995, date d'apparition de Windows 95 il devint invisible pour les utilisateurs car l'interface graphique était directement exécutée au démarrage. MS-DOS est resté une sous-couche des versions grand-public de Windows (comme Windows 98 et Me) jusqu'à l'avènement de Windows XP qui marque son abandon réel par Microsoft au profit du système NT. Le DOS en était alors à sa version 8. Les versions récentes de Windows possèdent toujours un « interpréteur de commandes » (command prompt), dont les commandes sont héritées de celles de MS-DOS, malgré quelques modifications, et qui permet d'exécuter des programmes Windows en mode texte (qui ne sont en aucun cas des programmes DOS, ils sont complètement différents), ainsi que des programmes MS-DOS grâce à un émulateur intégré, émulant MS-DOS 8. Cependant, cet interpréteur (cmd.exe) n'est pas celui de MS-DOS à proprement parler (command.com), et certains anciens programmes DOS ne peuvent s'exécuter dans ce mode. Cet émulateur émule aussi les fichiers de configuration CONFIG.SYS et AUTOEXEC.BAT de MS-DOS sous le nom de: system32CONFIG.NT et system32AUTOEXEC.NT.

(Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/MS-DOS)

 

Et voilà, ce sera tout pour le moment. Clin d'œil

 

Bienvenue dans le monde des ordinosaures...

 

42l5q-compaq_slt_386s_15_.jpg(Photo: http://www.samdepanne.sitew.com/bricolage_pc.E.htm#bricolage_pc.E)



16/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres